Home>Supers Parents>La couvade où quand l’homme est « enceint »
La couvad ou quand l'homme est enceint
Supers Parents

La couvade où quand l’homme est « enceint »

La couvade où quand l’homme est « enceint »

A moins d’être dans un roman de science-fiction, seule la femme peut porter l’enfant en son sein mais l’homme peut se sentir à l’écart durant cette période de grossesse où la maman est mise à l’honneur et chouchoutée.

10 à 30% des hommes, dans leur désir d’enfant, leur désir d’être père, d’être présent et de partager la grossesse , en viennent à somatiser au point d’effectuer une gestation symbolique parralèle à celle de la future maman.

Dès l’antiquité, nous trouvons des récits de couvade. Récits où, à la naissance du bébé, l’homme garde le lit en sa compagnie et reçoit les soins habituellement prodigués à la maman, alors que celle-ci retourne travailler. Il couve…

Dans notre société actuelle, il n’existe plus de rituels de couvade permettant à l’homme d’imiter la femme enceinte, de devenir père.

De nos jours, ces pères investis d’un sens des responsabilités paternelles important ont volonté à appporter le meilleur à leur enfant (selon les valeurs de chacun bien entendu). Et donc, dès le désir d’enfant ils vivent la parentalité à l’égal des futures mères, partagent leurs émotions, sont présents à chaque étape de leur grossesse. Mais, et c’est là que la couvade se met en place, il leur manque le vécu physiologique. Ils expriment à l’unanimité une frustration de ne pas « porter dans leur ventre » comme me disait un papa que j’avais interrogé sur le sujet.

Le futur père élabore donc psychologiquement un travail de paternité à travers différents symptômes plus ou moins prononcés et plus ou moins nombreux, tels que maux de tête, insomnies, maux de dos, maux de dents, nausées et vomissements, douleurs abdominales et, le plus visible pour l’entourage : la prise de poids ! Celle-ci peut atteindre une quinzaine de kilos (soit autant que la maman parfois), expliquée le plus souvent par une augmentation de l’appétit. Ces différentes manifestations somatiques lui permettront de vivre, lui aussi, une forme de grossesse et l’attente de l’enfant.

Pour tenter d’être au plus près de l’enfant ce papa en devenir pose régulièrement sa main sur le ventre qui porte l’enfant, pour le sentir, s’assurer que tout va bien, il communique avec lui et j’ai même parfois vu un futur papa utiliser un stethoscope pour mieux ressentir le bébé. L’un deux me témoignait s’être assis derrière sa femme pour « accoucher avec elle », tentant par cela, non pas d’accompagner la naissance mais de tenter de la vivre le plus possible.

Ce désir d’être père se poursuivra après la naissance de l’enfant et vous, jeunes mamans ou futures mamans, pourrez compter sur une totale coopération de leur part. Que vous donniez le biberon ou que vous allaitiez, il se lèveront la nuit pour vous aider, pour participer selon le choix d’alimentation choisi. On voit ces jeunes papas autant investis que les mamans dans tous les soins à donner à ce nourrisson.

Donc, mesdames, prenez tout cela comme une preuve de l’implication et de l’intérêt du futur papa dans l’arrivée de cet enfant. Tout comme Zeus avec sa fille Athéna, c’est par la tête qu’il devint père. Et pourquoi ne pas envisager une préparation à l’accouchement lui permettant de mieux ressentir la vie qui grandit en vous, lui permettant de créer du lien ? L’haptonomie peut être une solution à ses attentes et une jolie façon de créer les bases de votre couple parental.

Valérie Sainte Foi – Psychothérapeute.

Valérie Sainte Foi
Psychothérapeute à Rouen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *