Home>Supers Parents>Quelle activité pour mon enfant à la rentrée?
Quelles activités choisir pour son enfant
Supers Parents

Quelle activité pour mon enfant à la rentrée?

En cette période de rentrée, le questionnement à propos des activités extra-scolaires se pose pour de nombreuses familles.

 Avant de prendre une décision, il y a plusieurs questions à se poser :

  • L’âge de l’enfant
  • Activité artistique et/ou sportive
  • Activité individuelle ou en groupe

Et la plus importante probablement… Qu’est ce qui correspond à votre enfant ? En effet, la demande d’une activité est-elle celle de l’enfant ou celle des parents ?

 A quoi doivent répondre les activités extra-scolaires ? Avant tout à permettre l’épanouissement de l’enfant et sa réalisation personnelle. Différentes études ont pu démontrer le développement cognitif et social à travers la pratique d’un sport ou d’une activité artistique.

 Dès que l’enfant est en âge, il est important de lui laisser le choix de son activité, car le plaisir est un point indispensable en la matière. Le choix que l’enfant pourra faire sera un révélateur, non seulement de ses centres d’intérêts, mais aussi de ses besoins.

Pour que l’enfant puisse s’épanouir, il est important qu’il n’y ai aucune attente parentale !

Les activités selon l’âge

Dans notre société de surstimulation des enfants, de nombreuses activités sont proposées dès l’âge de la maternelle (baby-gym, bébés nageur, jardin musical…). Ces activités doivent avant tout être ludiques et envisagées dans un moment de partage parents/enfants, sans aucune attente de « résultats ».

 Ensuite, dans un premier temps, n’envisager qu’une seule activité. Nos chères têtes blondes peuvent être confrontées au stress très jeune dans le milieu scolaire, il est donc important que l’activité choisie ne soit pas une source supplémentaire de pression, et de surcharge de l’emploi du temps.

 C’est seulement à partir de 7 ans que l’on peut envisager une deuxième activité, à condition que l’emploi du temps scolaire, la charge de travail et le temps de route pour s’y rendre, permettent de conserver des moments d’ennui, de rêve et de jeu à l’enfant.

La rêverie est elle aussi une bien jolie activité…

 A l’âge de la préadolescence, l’enfant va se chercher et peut vouloir arrêter ou changer d’activité dans un besoin de rupture avec l’enfance. A ce moment-là, nombre de parents peuvent être déçus, s’étant narcissiquement investis depuis des années peut être. Cependant, il est important de ne pas insister (sauf peut être à finir l’année entamée par souci de responsabilité), de lui laisser le temps pour « respirer ». Cela parfois pourra prendre un an, une année de transition qui lui sera peut-être nécessaire avant que votre enfant ne redemande de lui-même une activité qu’il aura choisi pour rentrer dans cette nouvelle étape de vie et de développement. Il ne doit pas y avoir de notion de contraintes à pratiquer un loisir.

Activité sportive ou artistique ?

Le sport apporte un soutien à la motricité et de la coordination pour les plus jeunes, il permet à l’enfant de se défouler en cas de trop plein d’énergie.

Le sport d’équipe lui permettra de se sociabiliser, alors que dans le sport individuel il se confrontera à lui-même mais aussi aux autres.

Toute activité sportive sera source de dépassement de soi.

 En revanche, dans les activités artistiques, l’enfant pourra se défaire de toute attente de performance pour développer sa créativité, s’ouvrir l’esprit et se lâcher.

 Dans l’idéal, quand l’enfant à l’âge les deux sont complémentaires. Les deux permettront à votre enfant de décompresser et de gagner en confiance en soi.

 En conclusion, toute activité, si elle est choisie par l’enfant sera une source d’épanouissement où le parent ne doit placer aucune exigence. Autorisez votre enfant à changer d’activité tous les ans s’il le souhaite, peut-être en éprouve-t-il le besoin. Veillez aussi à ne pas faire de traitement différencié en fonction du sexe…. Les filles sont acceptées au foot et les garçons insuffisants en tant que partenaire de danse…

Le seul mot d’ordre est PLAISIR, dans le respect des capacités financières et disponibilités des parents bien évidemment.

 

Valérie Sainte Foi
Psychothérapeute à Rouen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *